Un petit coup de fil à Alizé Cornet


C’est pendant une pause dej’ qu’Alizé Cornet a pris le temps de passer un coup de fil au Sport à l’œil pour une petite interview des familles. Vingt minutes de conversation durant lesquelles sa carrière, la Fed Cup, l’évolution du tennis féminin et même le dernier album de Matt Pokora sont passés au crible. 

Sport à l’œil: Tout simplement, pour commencer, quel regard tu portes sur ta saison 2016? 

Alizé Cornet Bah la saison 2016 elle avait super bien commencé mais elle a quand même été bien entachée par une blessure au dos, qui m’a handicapée pour au moins trois mois dans la saison. Surtout qu’après il a fallu que je me remette à niveau donc au moins quatre/cinq mois qui ont été gâchés à cause de ça. Ça m’a laissé un peu un sentiment d’inachevé sur la saison, mais j’ai bien terminé en Asie, j’ai eu quelques bonnes victoires et ça fait du bien de finir sur une bonne note.

(SAO) Du coup, quels objectifs pour 2017? 

(AC) Ahhhh non ! Moi c’est pas Roland mon tournoi préféré ! Ah nan, nan, nan, nan, nan ! Roland ils sont trop à la ramasse. Je veux pas dire du mal de Roland mais on n’a pas de places, on n’a pas de couverts, on n’a pas de lumière (on n’a pas d’eau, pas de nourriture, pas de chauffage, ndlr) on n’a pas d’espace pour les joueurs, c’est vieux… Roland on aime y être, parce que c’est la famille, c’est les amis, c’est en France devant notre public mais d’un point de vue technique, Roland, ils sont complètement à la rue. Pour nous les joueurs, c’est pas le confort qu’on a à l’US open ou à l’Australian Open. Même à Wimbledon, ils s’y sont mis maintenant. Du coup mon tournoi préféré… Moi j’aime beaucoup Indian Wells. C’est comme une petite parenthèse dans l’année. C’est dans le désert, dans un cadre complètement atypique et puis les installations sont démentes, on a pleins de courts…

(SAO) … Ahh ces Américains, ils font tout mieux que les autres. Dans la même logique, quel est le plus beau trophée dans ton armoire? A part le Tennis Frame Challenge… 

(AC) (Rires) Ahhhhhh il est con (d’un ton amical, ne vous offusquez pas, ndlr). (Hésitations)… Ah quand même le tournoi junior à Roland Garros, j’étais vraiment contente de l’avoir gagné. Pourtant ce n’est qu’un junior mais c’était un petit avant goût avant de gagner les Grands quoi…

 (SAO) On espère, on espère. Toujours dans la même lignée, quelle est la plus belle victoire de ta carrière ? Si t’en as une en tête bien sûr…

 (AC) Pour moi c’est la victoire contre Serena à Wimbledon en 2014, pour me qualifier pour les huitièmes. Y’a quand même une petite histoire derrière cette victoire. Même une grosse histoire, peu de monde est au courant (sauf vous maintenant, chanceux lecteurs du Sport à l’œil, ndlr). Ma grand-mère est décédée la semaine avant le tournoi de Wimbledon et donc la veille du match contre Serena (rires) … quand je me le dis,  je me dis encore que c’était fou. La veille du match contre Serena, j’ai fait un aller retour à Nice pour assister à ses funérailles. Je jouais le samedi contre Serena et le jour d’avant, je me suis levé à cinq heures du matin, j’ai pris l’avion de Londres pour aller à Nice, je suis allée aux funérailles et le soir je suis revenue. Donc je me suis pas entraînée, j’ai rien fait, j’étais cassée et le lendemain je bats Serena en faisant un des meilleurs matches de ma vie. Et là je me dis qu’elle veillait sur moi, même si je suis pas du tout dans ce genre de trucs un peu spirituels…. Mais là, c’était quand même un peu magique.

(SAO) Waouh… On va finir du coup finir sur deux/trois questions un peu random et moins sérieuses… (coupé)

(AC) Ah bah il faut que ça corresponde au Sport à l’œil quand même, parce que moi je lis des articles et ils ont un petit côté décalé quand même. (Oui, vous avez bien lu ! Alizé Cornet lit assidûment le Sport à l’œil… La classe !).

(SAO) (stoïque, le succès ne lui fait pas perdre de vue son objectif) On sait que tu es une fan inconditionnelle de Rafael Nadal, que tu es toute émoustillée quand tu lui fais la bise alors, à choisir : est-ce que tu préférerais faire une grosse saison et gagner un Grand Chelem où revoir Rafa au sommet? 

(AC) (égoïste) Ah bah non quand même ! Je privilégie ma carrière. Mais on va dire que si moi je fais une saison moyenne et que lui fait une saison magnifique, ça me réconfortera, parce qu’effectivement une saison sans Rafa ça manque, tu vas pas me dire le contraire.

(SAO) C’est que vrai Djoko, y’en a un peu marre… heureusement qu’Andy Murray était là

(AC) C’est vrai. Moi j’ai trouvé la fin de saison passionnante, avec la place de numéro un qui s’est jouée au Masters. En plus Murray qui sauve des balles de match en demi contre Raonic. C’était incroyable.

(SAO) On sait que tu es une grande adepte de variété française, on a donc envie de te poser cette question qui fait débat… Qu’est ce que tu penses du dernier album de Matt Pokora, reprenant le mythe Claude François? 

(AC) Et bah écoute (rires) … (nouveaux rires, bidonnage). Mon entraîneur physique adore « Cette année-là », du coup j’y ai le droit  tous les matins dans la salle de gym quand je m’entraîne à l’académie Mouratoglou. Et donc à force de l’écouter je commence à bien l’aimer (et là, c’est le drame, le téléphone pleure, ndlr). C’est la seule que j’ai écoutée de l’album pour tout te dire et je trouve que la reprise n’est pas si mauvaise, il y met sa personnalité. Après Claude François, c’est Claude François, il s’est attaqué à un mythe. Il assume et finalement les gens aiment, il a plutôt un bon retour donc il aurait tort de s’en priver.

(SAO) Dernière question, encore un peu plus bizarre… On dit souvent que Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut, c’est des gars avec qui on a envie de faire un barbecue. As-tu déjà eu cette chance là? 

(AC) Hum… un barbecue… euh…  (On suppute que c’est la première fois qu’on lui pose cette question, ndlr) Je sais plus… Je sais qu’une fois, pendant une Coupe du monde où une coupe d’Europe… je crois qu’on avait fait effectivement des grillades à Wimbledon dans leur maison, parce qu’on loue tous des maisons a Wimbledon. C’était presque un barbecue. En tout cas j’en ai passé des moments avec eux, surtout aux Jeux Olympiques, et effectivement ils sont  très sympas. Surtout Nico’, il est un peu fou, dans le bon sens du terme, hein ! Et ça fait du bien ! Il est très frais pour son âge, il a genre 30 et quelques mais parfois c’est un gamin dans sa tête et c’est excellent.

Voilà, voilà. Comme quoi en vingt minutes, on en dit des choses. Un grand merci encore à Alizé Cornet, qui ne s’est pas prêtée au jeu de l’interview à moitié. On espère que sa gentillesse sera récompensée par une jolie saison 2017. Inchalah. 

1 comment

Add yours

+ Leave a Comment