Noah Capitaine : le Retour


Suite aux résultats mitigés de l’équipe de France de Coupe Davis, la Fédération Française de Tennis (FFT) a décidé de changer de capitaine. Et qui a-t-elle choisie ? Ohé Ohé Capitaine abandonné, Yannick Noah est de retour dans le hit parade du tennis mondial après 20 ans d’absence. Choix judicieux ? Analyse.

Dans le tumulte des différentes déclarations et rumeurs qu’on a pu entendre durant l’US Open, la Fédération Française de Tennis a fait son choix. Et parce que La Fédé’ (permettez ce raccourci) fait toujours dans l’originalité, elle a choisi … Yannick Noah. Alors qu’on annonçait Sébastien Grosjean, ou encore Amélie Mauresmo dont la collaboration avec Andy Murray s’avère plutôt fructueuse, Jean Gachassin, directeur de la FFT, nous explique son choix : « Ce qui a fait pencher la balance vers Noah, c’est son dernier Album ». Ok, d’accord, c’est facile. Il n’empêche  que l’icône du tennis français pour son sacre à Roland en 1983, est de retour aux affaires, et comme il l’a dit « ça ne va pas rigoler ». Cependant, dans l’optique d’un premier tour compliqué en mars prochain contre le Canada du sniper Milos Raonic, et du récent quart de finaliste à Wimbledon Vasek Pospisil, une question simple nous turlupine : est-ce que la mayonnaise va prendre ?

Le CV du Yannick

Bon, si jamais l’homme en question tombe sur cet article, et n’y accorde que deux minutes, on va commencer par un portrait élogieux de notre Légende à nous dans le tennis français. Non seulement en tant que joueur, il est le seul à avoir remporté un tournoi du grand chelem, mais en plus, c’est le dernier joueur de l’histoire du tennis à l’avoir fait avec une raquette en bois … Respect. De plus en tant que Capitaine de Coupe Davis, c’est à lui qu’on attribue la victoire de 1991, soit 59 ans après le dernier sacre de la France. Cinq ans plus tard, avec des joueurs différents, l’équipe de France remet ça et encore une fois c’est Noah aux commandes. Et l’année suivante, ce sont les filles qui remportent la première Fed Cup de l’histoire de l’équipe de France, et devinez qui était sur le banc ? Notre Yannick national. Ajoutez à ça la présidence d’honneur de la Star Academy 6 et une pub pour les slips Sloggi … sur le CV, on peut dire qu’il n’y pas photo, personne ne peut rivaliser.

Yannick Noah c'est ça

Yannick Noah c’est ça …

Mais Yannick sait aussi prendre la pause

Mais Yannick sait aussi prendre la pause

Comment on en est arrivé là ?

Tout part d’une déclaration tout sauf anodine à la suite de la défaite de la France en finale de la Coupe Davis l’année dernière, contre une merveilleuse équipe Suisse composée alors respectivement des deuxième et quatrième joueurs mondiaux. Tout le monde a excusé la France de cette défaite « logique », sauf Noah qui déclare qu’il a senti que « le match on l’avait perdu avant ». En plus de la jouer Grand Manitou aux pouvoirs divinatoires, il envoie un message plus qu’explicite à l’ensemble du tennis français, déclarant que « Si demain, j’ai les cinq joueurs devant moi, qui me disent ‘Yann on y va’, là c’est chaud, (…) mais si il y en a un qui hésite, même pas en rêve, ça ne m’intéresse même pas, je ne veux même pas en parler« . Ce qu’on peut dire, c’est que Noah ferait un bon politicien, puisque sa promesse … il ne l’a pas tenue. Un an et une défaite en quart de finale plus tard, la rumeur concernant le limogeage probable d’Arnaud Clément est lancée. L’équipe de France s’est divisée entre ceux soutenant Arnaud Clément (Nicolas Mahut, Gaël Monfils et Julien Benneteau), et les désireux de changement et surtout « anti » Arnaud Clément, (Richard Gasquet et ce bon vieux Jo).  Donc l’unanimité dans l’équipe elle n’est pas là. Cependant, la fameuse génération des « nouveaux Mousquetaires », avec quatre joueurs se classant dans les vingt meilleurs mondiaux tout de même, approche de la trentaine et n’a donc plus tout son temps pour soulever le trophée tant attendu depuis 2001. Avec l’investiture de Noah, la Fédé’, en court-circuitant Arnaud Clément, et en rappelant le Dieu de la Foudre, a voulu crée l’électrochoc qui pourrait galvaniser les Bleus et enfin les amener au trophée.

Quel apport de Noah à l’équipe ?

En tant que Leader intransigeant de l’équipe concentrant toute la pression sur ses épaules, Noah c’est le choix parfait. Parce de la pression il y en a. On approche du « moment ou jamais » pour gagner le trophée, mais les joueurs peuvent être sereins, s’ils perdent ce sera avant tout la faute de Noah et de la Fédé, ce qui est plutôt une bonne chose. De plus, Noah c’est pas le genre à se laisser marcher sur les pieds ; quand il faut prendre un joueur plutôt qu’un autre, il n’hésite pas, une qualité qu’on ne voyait pas beaucoup chez son prédécesseur. Comme l’a dit Cédric Pioline (membre de l’équipe victorieuse en 1996) récemment, « Yannick, il sait sentir les bons coups ». Il faut dire qu’il a eu du flair en 1991 le Yannick pour sortir d’outre-tombe un Henry Leconte avec un dos en compote, qui va ensuite massacrer un certains Pete Sampras pour apporter le premier point à l’équipe de France. La suite on la connaît, victoire 3-1 de l’équipe de France contre le Bande à André Agassi, le fameux « Saga Africa » qui retentit dans les travers d’un stade de Lyon en feu, le rêve quoi. Donc il y a du bon dans ce nouveau capitanat.

Mais, mais, mais, … tout ça c’était il y près de vingt ans

De l’eau à couler sous les ponts depuis 1996 et surtout Yannick Noah a sorti 6 albums. On n’a peu de doutes sur la capacité de Noah à transcender les joueurs, mais il y a une autre dimension à maîtriser pour permettre à un joueur de battre son adversaire du jour ; c’est la dimension tactique. Récemment, Jan de Witt, actuel coach de Gilles Simon (Papatera), disait de son protégé qu’il ferait un excellent capitaine de Coupe Davis. Pourtant il a l’air plutôt calme le Gillou, pas du genre à transformer des joueurs en bêtes féroces. Mais il n’est pas surnommé l’intello du circuit pour rien ; le gars décèle les points faibles de son adversaire plus vite que son ombre. Tous ses adversaires pourront vous le dire, c’est un mec qu’ils détestent jouer ; c’est le prototype du tacticien bousilleur de jeu adverse. En revanche, Yannick appartient peu ou prou encore à la génération « raquette en bois à cordage spaghetti », et aujourd’hui le tennis c’est plus le même sport. De plus, le flair légendaire qu’on lui attribue, il a pas toujours fait des merveilles en équipe de France, faut pas croire. La France est quand descendue en deuxième division sous son commandement. D’autant que Noah s’est également associée à plusieurs joueurs français en individuel en tant que conseiller en charge de produire des résultats, et les résultats n’ont pas forcément pointés le bout de leur nez. Ajoutez à ça une équipe divisée sur le sujet de son arrivée… Vous obtenez des sondages à plus de 60% contre le retour de Capitaine Flam aux manettes de l’équipe de France.

On pourrait d’abord conclure en disant que le débat en question est inutile puisque ce sont les joueurs et non le Capitaine qui gagnent une coupe Davis, et comme l’a montré Gaël Monfils en écrasant Federer lors de la finale à Lille, un joueur est parfaitement capable de se transcender et de gagner son match sans le capitaine en question. Mais bon, étant donné que j’ai écrit un article dessus, on va trouver une fin différente …

En fait, rappeler Noah à la tête de la sélection de Coupe Davis, c’est un peu comme si on rappelait De Gaulle de son cercueil pour redonner de la grandeur à la France (notre ami supporter n°1 de François Hollande devrait apprécier la comparaison). Alors oui, la figure emblématique du mec est incontestable ; il a un peu fait l’appel du 18 juin en gagnant Roland Garros, et il a remis l’équipe de France sur le devant de la scène en gagnant la coupe Davis en tant que Capitaine. Cependant aujourd’hui le tennis et les joueurs ont changé, et pas sûr que Noah soit à même de maîtriser tous les éléments qu’un capitaine de coupe Davis moderne doit être en mesure de maitriser. Cependant, comme un président, Noah peut se choisir ses conseillers et former un clan « à la page », capable d’emmener l’équipe vers les sommets. Et promis, si on la gagne, on écoutera tous ton prochain album Yannick.

Supplément : toujours dans cet objectif de franche rigolade dans l’analyse sportive, au menu du jour, une boutade des plus savoureuses trouvées sur le net. Merci Golden Moustache.

JH

2 Comments

Add yours
  1. 1
    Momo

    Bon article et super site
    Je souhaite ajouter cette touche : dans le sport, d’ailleurs dans tous les domaines qui touchent à l’humain, pour que l’équipe se transcende, il y a une ambiance à créer, un esprit de la gagne, de la joie pour pouvoir aller plus loin… Et ca Noah c’est le faire … Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait (Mark Twain).
    Momo de la Wantzenau

  2. 2
    régisseur

    Aaah avec Yannick
    Ca plane déjà
    Belle technique
    C’est quoi déjà ?

    Modèle Arthur
    Feu monsieur Asche
    Jolie culture
    Saga de smashes

    Sons africains
    Pauvre Arthur H
    Sons Higelin
    Refrains qui flashent

+ Leave a Comment