Monfils, ma bataille


Pour la deuxième fois de sa carrière, Gaël Monfils s’est hissé en demi-finale d’un tournoi du Grand Chelem, huit ans après sa première apparition à ce stade de la compétition. Mais pour rallier la dernière marche, Gaël devra affronter Djoko la Menace, sa bête noire sur le circuit. Les raisons d’y croire, en exclusivité sur le sport à l’œil.

A priori, c’est pas gagné…

Gael 2

12 … C’est à la fois le nombre de travaux d’Hercule, le numéro de département de l’Aveyron mais aussi et surtout le nombre de défaites qu’a essuyé Gaël Monfils face au numéro un mondial en autant de confrontations. Autant vous dire que la plupart des parieurs ne miseront pas un kopeck sur un Gaël Monfils dont c’est seulement la deuxième demi finale-de Grand Chelem en carrière, soit… 28 de moins que Novak Djokovic. Pas la peine de comparer plus longtemps les statistiques entre les deux hommes, le « Djoker » dépasse le Français dans toutes les catégories mise à part celles sur le nombre de plongeons et tweeners par match… Un duel qui semble somme toute plus que déséquilibré entre le premier et le douzième mondial, mais ce Monfils là a plus d’un argument pour faire déjouer l’ogre Serbe.

Un Gaël dans la forme de sa vie…

Trois sets secs, c’est le tarif Monfils lors de cet US Open. Tous ses adversaires, qu’ils soient Tchèque, Chypriote ou Espagnol ont payé le prix fort face un Gaël « on fire » qui a rallié le dernier carré en mode bulldozer. Dans un style résolument plus offensif qu’à l’accoutumée, Gaël éteint ses adversaires les uns après les autres en combinant ses exceptionnelles qualités défensives à un tennis hyper explosif qui rejaillit depuis son passage chez IKEA. En effet, la « Swedish touch » de son coach Mikaël Tillström dans la métamorphose monfisienne est plus que visible puisque depuis le début de leur collaboration, les résultats sont quasi-inédits : une demi-finale à Toronto, une finale à Monte Carlo, un titre ATP 500 (soit le plus important de sa carrière) à Washington et donc sa première demi-finale en Grand Chelem depuis Roland Garros 2008. Vous l’aurez compris, Gaël Monfils arrive dans les meilleures dispositions tant sur le plan physique que mental avant cette demi-finale. L’exploit semble plus que jamais réalisable.

Gael Novak

« Cette fois t’as aucune chance mec »

Un Djoko très frais … donc pas chaud

Fort de son parcours sans faute, Gaël Monfils aurait pu prétendre à un avantage de fraîcheur sur son adversaire de demain. C’était sans compter sur les méthodes vaudous utilisées par Novak Djokovic  pour contraindre Jiri Vesely à ne pas se présenter sur le court lors du deuxième tour, renvoyer Mikhaël Youzhny chez lui sur blessure après seulement six jeux disputés et broyer le genou de Jo-Wilfried Tsonga pour le forcer à abandonner au bout de deux sets en quart de finale… Résultat ? Le Serbe est en demi-finale à Flushing Meadows en ayant joué… neuf sets et demi. Malynx le lynx, mais également imprudent car ces méthodes orthodoxes pourraient lui coûter très cher. En plus d’un éventuel châtiment divin pour ce péché, Novak pourrait également faire face à une réel manque de réglages dû au manque d’opposition dans ce tournoi. Jouer un Gaël Monfils hyper solide, galopant, frais et … « pas encore à 100% » selon ses dires, risque dès lors de lui faire tout drôle.

Novak en plein rituel

Un brin de sadisme chez Novak …

Parce que Gaël va nous faire une Wawrinka

Une fois n’est pas coutume, pour cette demi-finale Novak Djokovic a toutes les raisons d’avoir les miquettes, puisqu’il a d’ores et déjà été victime d’un scénario IKEA en quart de finale de l’Open d’Australie 2014. C’était face à un Stanislas Wawrinka qui avait surpris son monde en battant le Serbe en demi-finale avant de conquérir son premier titre du Grand Chelem à … 29 ans après avoir opté pour un entraîneur … suédois. Les similitudes avec un Gaël qui vient de passer la trentaine et à la mode suédoise sont donc frappantes. L’histoire semble presque écrite d’avance d’autant qu’on sait que l’ennemi numéro un de Gaël, à savoir la fatigue physique, ne sera pas au rendez-vous grâce à son parcours canon. Un véritable duel des étoiles qui s’annonce donc vendredi 21h à New-York, qui accouchera sur une victoire en sets du Français… parole du sport à l’œil.

Gael agressif

Djoko est prévenu…

Jules Hauss

1 comment

Add yours

+ Leave a Comment