Inhumain.


Ce devait être son dernier Roland-Garros. Celui au cours duquel il devait dire au revoir à un public qu’il a tant enchanté pendant ses longues années sur le circuit. Mais cet adieu, la Fédération Française de Tennis a décidé d’en priver Paul-Henri Mathieu et ses fans. Et ça, ça ne passe pas.

On en encore du mal à y croire. En vérité, on nage en plein délire. En dévoilant la liste des invités pour le prochain Roland-Garros (joueurs ne possédant pas le classement suffisant pour être qualifiés directement et exemptés de passer les qualifications) la Fédération Française de Tennis a choisi d’évincer Paul-Henri Mathieu, prince de Roland, alors qu’il avait annoncé son dernier tour de piste sur les courts qui l’ont tant chéri durant ses matchs fous. A Paul-Henri Mathieu, 35 ans et 116ème mondiale (ancien 12ème), ont été préférés Benjamin Bonzy (301ème), Laurent Lokoli (274ème) ou encore Alexandre Muller (314ème) … Autant vous dire qu’à la place de nous laisser espérer un dernier parcours fantastique de la part de Paulo, la FFT a choisi d’envoyer trois mecs au charbon. On a du mal à comprendre. Quelle cohérence y-a-t-il là-dedans? Encore moins que vous ne le pensez.

On aurait pu penser qu’à l’instar d’Emmanuel Macron, le nouveau président de la Fédération Bernard Giudicelli ait été pris d’une envie de se débarrasser (à tort dans ce cas-là) de l’ancienne classe tennistique. Même pas. Julien Benneteau, qui a le même âge que Paulo et 10 places de plus au classement, a lui été retenu (et on en est ravi). Alors pourquoi choisir un vieux briscard plutôt qu’un autre ? Bonne question. On l’a vu plus haut, le classement n’a pas été non plus le critère de sélection, puisqu’en divisant le classement de d’Alexandre Muller par trois, vous obtenez le classement de Paulo. La méritocratie alors ? Eh bien non. Les trois cités n’ont pas gagné un seul tournoi cette saison, alors qu’un joueur comme Gleb Sakharov fait une saison admirable, a remporté des tournois… mais n’est pas invité non plus. Bref, on a beau fouiller, tourner ça dans tous les sens, cette décision n’a aucune espèce de logique.  Il suffit de lire la justification de Bernard Giudicelli pour comprendre que ces choix sont totalement arbitraires et dépourvus de motifs valables. Le bougre nous dit en effet que les wild-card ont été attribuées cette année en vertu du « défi » et non de la « récompense ». Le véritable « défi », Monsieur Giudicelli, sera celui de réussir à finir votre mandat si vous continuez à prendre des décisions comme celle-ci.

Dans quelle mesure le dernier parcours du chouchou des fans de Roland ne constitue pas un « défi » pour vous Monsieur Giudicelli ? Quel genre de personnage êtes-vous pour empêcher un homme qui s’est préservé pendant deux semaines dans l’optique de jouer ses derniers moments de magie sur la terre parisienne, de partir en héros avec l’honneur qu’il mérite ? Vous venez de priver Roland de son enfant chéri et me donnez presque envie de boycotter cette édition. Et Dieu sait que j’attends plus Roland que Noël, c’est dire.

Paul-Henri Mathieu n’avait pas besoin de ce Roland Garros pour devenir la légende qu’il est porte d’Auteuil. Son combat de 4h53 contre Rafa, son huitième d’anthologie contre Guillermo Canas ou encore (et surtout) son come-back irréel après son opération l’ayant éloignée des courts pendant plus d’un an, durant lequel il sortit sous une haie d’honneur après trois matchs marathons de cinq sets qui ont donné les larmes aux yeux à tous les fans… c’est ça la légende de Paulo à Roland et celle qu’il emportera avec lui. Celle qui fait qu’on a envie de se scotcher cinq heures devant sa télé à la place de réviser son bac. Non, Paulo n’avait pas besoin de ce Roland pour construire sa légende. Il avait besoin de lui à tout prix, simplement pour dire au revoir. Et pour que l’on puisse lui rendre l’hommage qu’il mérite.

Pour le plaisir visuel que procure le visionnage de ton tennis léché sur les courts. Pour le plaisir auditif que procure tes « Ouaééééééééé » après chaque frappe. Pour les émotions que tu nous as transmis en donnant ta vie sur le court. Pour tout ça Paulo, en tant que fan de la première heure, je te demande de jouer les qualifications et d’essayer de t’accrocher à ton rêve. Comme tu l’as fait à chaque fois que tu pénétrais sur un des courts Porte d’Auteuil. Parce qu’il n’y a pas de plus bel hommage qu’on puisse te rendre que de te faire une standing ovation à Roland et voir une dernière fois tes yeux pétiller, trempés par les larmes. Voir une dernière fois ce sursaut d’humanité qui transparaissait à chacune de tes victoires ou défaites sur la terre parisienne… et qui manque cruellement aux personnes qui t’infligent cela. 

6 Comments

Add yours
  1. toussaint

    superbe hommage tellement mérité Bravo à Polo et bravo pour ce texte qui reflète parfaitement ce que pense tous les amoureux du tennis ! j’espère que Polo passeras les qualifications pour que l’on puisse tous pleurer à Roland ou devant notre télé lors de son au revoir …Adieu ….snifffff

+ Leave a Comment