Grand ménage dans le « K-rim Gate »


Alors que les turpitudes sur l’affaire Benzema n’en finissent plus d’éclabousser la toile, le Sport à l’oeil tente de passer un coup d’éponge et de white spirit sur les saletés qui s’accumulent et souillent le débat footballistique. Et c’est peu dire que la couche de crasse n’est pas mince. 

On a beau ne rien y apprendre de nouveau et entendre une énième fois l’attaquant français défendre son bout de gras, le journal L’Equipe ne s’y trompe pas : une interview de Karim, c’est un buzz facile … et ça chiffre. Débute alors un nouveau festival de l’ineptie comme le football sait si bien en produire : Deschamps serait raciste, Benzema « guez » ou « surcoté » pour les uns, « indispensable » à l’équipe de France pour les autres … Un manque de lucidité et de demi-mesure qui pique les yeux, concernant un débat qui traaaaaaîîîîîînnnnnneeeee en longueur et dont on ne voit pas vraiment l’issue. Il est donc temps d’apporter sa pierre à l’édifice, en recentrant le débat sur les vraies questions.

« Didier Deschamps est raciste »… lol

France-98-735x400

France 1998

l-equipe-de-france-alignee-face-a-l-italie-en-match-amical-le-1er-septembre-2016-a-bari_5662261

France 2017

CQFD.

« Benzema est surcoté »… Est-ce que ce monde est sérieux ?

Pensant réhausser le débat, les « Jean-Michel Statistiques » abondent sur la toile pour tenter de montrer que Karim ne mérite finalement pas tant que ça l’aura de grand attaquant que l’Europe du foot lui confère. Mais à force de prendre des chiffres pleins les yeux, à coup de « Lewandowski, Suarez, Cavani et Higuain marquent 5 buts de plus par saison que Benzema en moyenne », ils finissent par avoir une vision aussi claire de la réalité qu’une personne qui ouvre les yeux dans l’eau de mer sans lunette. Alors oui, les chiffres, ça aide ; on ne pourra jamais dire qu’un mec qui plante 30 buts en une saison est une bille dans son rôle de finisseur. Mais se référer au seul outil « buts/passe décisives » pour juger de la qualité d’un attaquant, c’est faire une analyse Leader Price de la situation, qui plus est dans le cas de Karim Benzema.

« Monsieur Deschamps, quelles sont les chances pour que Karim Benzema revienne en Bleu ? »

Doit-on rappeler que KB9 est titulaire depuis huit saisons à la pointe de l’attaque du meilleur club du monde, s’installant comme rouage indispensable de la mécanique de la Maison Blanche au service de « Sa Majesté » Cristiano Ronaldo ? Son rôle, Benz l’assure mieux que personne et la concurrence, y compris des attaquants qui flambent ailleurs en Europe (Higuain, Huntelaar), n’a jamais vraiment été à la hauteur. Comparer le nombre de buts de Benzema à celui de Lewandowski ou d’Harry Kane n’a dès lors aucun sens : comment marquer 30 pions par saison quand le bonhomme à ta gauche en score 50 ? Qu’on le veuille ou non, Karim Benzema est davantage un travailleur de l’ombre qu’un buteur servi sur un plateau par ses coéquipiers. Preuve en est : s’il provoque une bonne partie des pénos de son équipe, l’ancien lyonnais n’a jamais la possibilité de les tirer… sous peine de licenciement du Real Madrid pour avoir contrarié CR7. Vous les voyez les cinq buts qu’il lui manque pour égaler les meilleurs buteurs en Europe ? 

« Benzema est indispensable en équipe de France »… Non plus 

Reste qu’on a beau être l’un des meilleurs attaquants du monde, s’imposer comme leader incontesté de l’attaque de sa sélection nationale n’est pas chose aisée. Et s’il n’est pas loin d’avoir inscrit une trentaine de buts en équipe de France (27 buts en 81 matches), Karim Benzema a souvent été contesté dans son rôle d’attaquant de pointe chez les Bleus. Rarement décisif dans les grands matches et en proie aux crises de confiance (les fameuses 1222 minutes sans marquer sont encore dans les esprits), l’ancien n°10 n’a qu’à de très rares occasions imposé son statut de « star » au sein d’une équipe encore encline au doute avant son barrage retour face à l’Ukraine en 2014. Si elle reste très perfectible à bien des égards, l’équipe de France aujourd’hui marche plutôt bien, restant sur une finale lors de son Euro et s’avançant sereinement vers la coupe du monde à venir. Deschamps ne sachant déjà pas où donner de la tête avec le vivier offensif à sa disposition (Griezmann, Giroud, Fékir, Martial, Lacazette, M’bappé, Coman…), se passer de l’attaquant madrilène, dont le passé en Bleu n’a pas tant marqué les esprits,  est donc plus aisé qu’il n’y paraît.

« Bon ça reste entre nous Bacary… mais toi aussi t’es devant Karim dans la short-list des attaquants pour la Coupe du Monde »

Retour au vrai débat : Benzema doit-il retourner en équipe de France ? 

Si le Sport à l’oeil s’est déjà prononcé à cet égard à la veille de l’Euro, en affichant une farouche opposition à la sélection de KB9, de l’eau a coulé sous les ponts depuis l’épisode de la sextape et on peut considérer que Karim Benzema a purgé sa peine en manquant l’Euro et est aujourd’hui sélectionnable. On peut même aller plus loin, en estimant que dans des circonstances « normales », Karim Benzema mériterait sans l’ombre d’un doute sa place dans le groupe France. Sa qualité technique au-dessus du lot, sa capacité à s’ancrer dans un collectif et à faire des différences tout seul  (entre autre), en font un footballeur à part qui apporterait énormément à l’équipe de France sur un plan purement footballistique.

En guise de jubilé… 

Mais à l’heure où l’équipe de France se construit pour le mondial à venir, l’attaquant des Merengue a clairement raté le train en marche et ne peut plus espérer rentrer dans les plans de DD. En plus d’avoir perdu son odeur de sainteté auprès du sélectionneur, ce dernier ne peut prendre le risque d’intégrer un « fardeau médiatique » dans son effectif si proche de l’échéance mondiale, sous peine de subir une préparation mouvementée, pourrie par les polémiques et les débats en tout genre. Si Benzema n’entre plus dans les plans de Deschamps, c’est aussi et surtout que l’équipe de France ne semble pas avoir besoin de lui, à l’approche d’un mondial russe où les Bleus font objectivement partie des favoris. Et à ceux qui disent que se passer de ses stars est un gâchis, on peut rétorquer que le seul titre mondial décroché par les Bleus s’est acquis sans Cantona, Ginola et Anelka… Karim Benzema n’a donc plus grand chose à espérer pour sa carrière en Bleu, si ce n’est une épidémie de ruptures des ligaments croisés auprès des attaquants de l’équipe de France. Mais jusqu’à preuve du contraire et malheureusement pour Karim, les blessures graves, ce n’est pas contagieux.

+ There are no comments

Add yours